Maréchal François Achille Bazaine




Le 13 février 1811 naissait à Versailles, François Achille Bazaine. En 1830, il échoue au concours d'entrée à Polytechnique. Ecole surnommée X en raison de l'enseignement très poussé des mathématiques. Cette école comme l'ENA ont la notoriété d'être des établissements d'excellence et de méritocratie. Ces écoles pratiquent la sélection en garantissant à leurs élèves l'accès aux postes de direction les plus prestigieux de l'état. Officier sorti du rang à 20 ans, Bazaine entre au 37è régiment d'infanterie de ligne, crée en 1587 par M de Lemon. De 1832 à 1837 il servira dans le corps de la Légion étrangère, en Algérie et en Espagne. Il est nommé colonel au 55è régiment de ligne, le 4 juin 1850. Le 4 février 1851, il se voit confier le commandement du 1er régiment de la Légion étrangère. En 1852, il épouse une Algérienne. En octobre 1854 il est nommé général de brigade, puis commandant de la place de Sébastopol début septembre 1855, le 22 il reçoit le grade de général de division. En 1859, le 8 juin, il participe à la bataille de Meleguano, et le 24 juin à la bataille de Solférino. Lors de la guerre du Méxique il prend la ville de Puebla en 1863, le 7 juin il entre à Mexico. En juillet il est nommé général en chef. Pour une affaire d'adultère, sa femme se suicide. En 1864 il est nommé maréchal. En 1865 il épouse une Mexicaine et essaye en vain de devenir chef de l'état mexicain. En 1867, il est rappelé en France, privé des honneurs militaires pendant six mois. Il se voit ensuite confier le commandement du 3è corps d'armée de Nancy. En 1869 il est nommé à la tête de la garde impériale. Alors que la guerre fait rage en 1870, il est nommé à la tête de l'armée du Rhin. Il va alors faire l'erreur de sa carrière. Battu, il se replie sur Châlons-sur-Marne ainsi pourra t-il rejoindre la garde impériale et faire face aux Prussiens, mais à l'étonnement général, il change et se dirige sur Metz avec son armée de 150000 hommes. Il se coupe ainsi de la France libre et de ses réserves. Pourquoi une telle erreur ? Metz aurait sans doute succombée au siège prussien mais pas avant deux à trois ans, avec l'apport des 150000 hommes de l'armée de Bazaine la ville ne tarderait pas à manquer de vivres ? Après avoir tenté de nouer des intrigues avec l'impératrice, il négocie avec l'Allemagne l'autorisation de sortie de ses troupes. Depuis la chute de Sedan le 2 septembre, Bazaine qui représente le dernier espoir français, capitule le 27 octobre. En 1873 après son retour de captivité, Bazaine passe en conseil de guerre et devant le tribunal militaireprésidé par le duc d'Aumale, il entend sa condamnation à mort. Sa peine sera commuée en 20 ans de réclusion. Il parvient à s'échapper et se réfugie à Madrid où il mourra le 23 septembre 1888.


Dernière Modification   19/02/15

© Histoire de France 1996