L'ONU et la guerre froide (page 1)

L'énoncé de guerre froide fut utilisée pour la première fois, en Espagne au XIVè siècle par le prince Juan Manuel. Cette expression qualifiait un conflit sans fin qui opposait les Maures aux rois catholiques, certes il fit couler le sang mais il avait cette particularité qu'aucune déclaration de guerre n'avait été prononcée, et que de plus ce conflit s'est terminé sans traité de paix. Mais la véritable expression de "guerre froide" a été pour désigner la tension entre les Etats-Unis et l'Union Soviétique suite à la capitulation de l'Allemagne et du Reich, même si on a qualifié de guerre froide le conflit sino-soviétique, et de guerre froide civile les évènements de mai 1968 en France. Les historiens sont persuadés que l'amorce à cet état de fait fut donné par Winston Churchill lors de son discours le 5 mars 1946 à Fulton au Missouri. Il invitait les peuples à s'unir, car il était persuadé que l'Union Soviétique ne comprenait que la force, aussi fallait-il lui enlever toute hégémonie en unissant les forces. Staline a compris le message et répliqua immédiatement. Les accords de Yalta signés le 1 février 1945 étaient caduques.
La spécificité de cette guerre froide, n'est pas dans le fait qu'il n'y eut pas de déclaration de guerre ni de traité de paix, mais bien parce les Etats-Unis comme l'URSS ont employé tous les moyens d'intimidation , de subversion et de propagande, les USA se permettant même de s'engager dans deux guerres : celle de Corée et la guerre du Vietnam tout en évitant l'affrontement direct avec la Russie. Lorsque le général de Gaulle est arrivé au pouvoir en 1958, sa priorité a été de doter la France de l'arme nucléaire, n'en déplaise aux détracteurs de ce moyen de dissuasion, mais c'est bien à cause des armes nucléaires que les deux super puissances USA et URSS ont évité un affrontement fatal et se sont engagés dans un processus de rapprochement conforté par de nombreux accords, qu'ils soient politiques ou militaires, le plus important étant la non prolifération des armes atomiques. Il fallu attendre l'effondrement du bloc communiste en Europe de l'est pour considérer que la guerre froide était terminée.
Nous allons maintenant faire la chronologie des évènements, sur les conflits et des guerres. La révolution russe de 1917 n'a pas été à la hauteur des ambitions de ceux qui l'on déclenchée, elle ne s'est pas propagée dans les autres pays comme souhaité. La déception des Bolchevicks d'une part, et l'échec des pays capitalistes à détruire le régime soviétique, a conduit à la coexistence par la coopération : l'URSS construit un pays socialiste et l'Allemagne de Weimar, mais la naissance du nazisme va bouleverser ce fragile équilibre. Des alliances contre nature vont se former. Staline qui craint la colonisation de son pays, s'allie à la France, et force les pays communistes du monde à faire de même, pour faire barrage au fascisme. Aux yeux de Staline, la France pays supra impérialiste était plus fréquentable que l'Allemagne fasciste. Les accords de Munich en 1938 vont une fois de plus modifier les alliances. La Russie évincée se tourne vers l'Allemagne. Pendant deux ans l'URSS et l'Allemagne se partagent l'Europe Orientale, le Kremlin collabore activement avec le Reich. Staline n'est pas au bout de ses surprises car en 1941 l'URSS est agressée par l'Allemagne nazie.


Dernière Modification   19/02/15

© Histoire de France 1996