Philippe 4 le Bel
Page 5

Ils devenaient d'opulents propriétaires terriens en France, en Angleterre, en Aragon, en Portugal, et sur les bords du Rhin. Mieux, ils allaient devenir les banquiers de l'occident. Leurs commanderies étaient des forteresses pratiquement inexpugnables. Ce qui inspirait confiance. Les possédants prirent assez vite l'habitude de déposer leurs fonds dans les maisons templières. Les princes, puis les rois firent de même. Les commanderies devinrent des banques sans égale dans l’Europe chrétienne. jusque-là, seuls les Juifs et les Lombards s'occupaient d'administrer et de transférer des fonds. Mais ces transferts s’opéraient en numéraire par des routes peu sures. Les templiers innovèrent, ils créèrent le cheque bancaire. L'argent ne voyageait plus lorsqu'un chevalier faisait un dépôt au temple de paris ( par exemple ), il recevait un reçu avec le sceau des templiers, il pouvait présenter ce reçu dans n'importe quelle ville afin de récupérer les sommes versées. L’extrême dispersion des commanderies facilitait considérablement les opérations. On comptait environ neuf mille commanderies et maisons fortifiées avec chacune leurs dépendances agricoles, pêcheries, forêts, péages ? Monsieur Georges Bordonove estime le revenu annuel des templiers à 50 milliards de notre monnaie actuelle. Or , les templiers ne se nourrissant exclusivement que des produits de leurs terres, ne dépensaient rien. Cette somme énorme était donc économisée chaque année, et d’année en année devenait plus fabuleuse. Avec l'argent vient la puissance. A Paris, orgueilleusement les templiers s’étaient fait construire une forteresse avec un énorme donjon, dominant un quartier entier et surtout dominant le château beaucoup plus modeste du roi de France ( la tour du temple servira sous la révolution de prison à Louis XVI et ne sera détruite qu'en 1811 ). Les papes en vinrent à confier aux templiers la gestion des fonds d’église. A Paris, le trésorier du temple prenait figure de ministre des finances et avait voix au conseil du royaume. Grâce au temple Suger envoya de l'argent au roi de France afin de financer la 2eme croisade. Jean sans Terre et Henri III déposaient au temple de Londres le produit des impôts publics. Les templiers administrèrent les finances de Jaime Ier d’Aragon, de Charles Ier roi de Naples. La puissance des templiers les conduisait peu à peu à se vouloir au dessus des rois et des nations. Les templiers de Paris avancèrent à Jean sans Terre les sommes nécessaires " au passage en Angleterre des chevaliers poitevins qu'il enlevait à Philippe Auguste ". De même les templiers de la Rochelle recevaient du roi d’Angleterre la caution " garantissant la pension qu'ils s'engageaient à payer aux grands barons qui ne prêteront pas serment à Philippe Auguste ". C'est la, très exactement comme l'a signale Monseigneur le duc de Lévis Mirepoix, la conception d'une " banque internationale, faisant des opérations en temps de guerre contre le souverain du pays où elle se trouve ". Les templiers de même qu'ils gardaient secrète la règle de leur ordre refusaient toute publicité à leur affaires financières. Ce mystère qui enveloppait tous leurs actes devait se retourner contre eux. Leur richesse apparaissait éclatante, mais leur action demeurait inconnue. Pourquoi ?.


Dernière Modification   22/12/16

© Histoire de France 1996